geogle statistiques

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2012

PRESIDENTIELLE : Mettons du carburant humoristique dans la campagne

Comme il est dans la tradition de la culture française, l'humoiur politique est l'âme d'une nation et d'un peuple.

La force de la démocratie, ce n'est pas de craindre cette forme d'expression, fondement de notre liberté républicaine et qui après tout, donne un bon bol d'air à la vie politique et à la vie en général.

Et ceci d'autant que nous sommes dans une société parfois trop anxiogène.

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 

Gaullistement humoristique !

Claude JEANDEL

 

10/04/2012

AVEC DE GAULLE, L'HISTOIRE REJOINT LA MODERNITE

invalides,de gaulle,grands hommes,histoire de france,idéaux républicains Au moment où je regarde les clips de la campagne électorale, je suis scotché sur celui de François Hollande.

Et que vois-je, dans ce clip, ...le portrait du Général de Gaulle faisant référence à la création de la sécurité sociale.

Est-ce que le PS et François Hollande s'inspirent-ils du gaullisme?

Dans ce petit film, nous retrouvons également un rapide tour d'horizon de l'Histoire de France à travers ses fondamentaux républicains.

Aussi, il m'est apparu utile afin de faire une pose intellectuelle, de vous informer d'un spectacle à Paris, retracant les grandes heures d'un monument, haut lieu de notre Histoire, de ses grands moments et de ses grands Hommes : LES INVALIDES.

 

  source : invalides.org

 

 

Du 11 au 18 avril, Parisiens de souche ou de coeur, familles d'ici et d'ailleurs, tous à la Nuit des Invalides. Un magnifique spectacle son et lumière, en 3D vous enchantera.

 

Pour les infos pratiques, c'est ici

 

 

24/03/2012

Élection présidentielle : la démocratie, est-ce un bien? est-ce un mal?

 démocratie,prince,gouvernment,locke,platon,aristote,rousseau,liberté,citoyen« la démocratie est le pire des systèmes de gouvernement, à l'exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l'histoire » Sir Winston Churchill, Chambre des Communes le 11 novembre 1947

Rappelons la définition de la démocratie : notion inventée par les Athéniens du mot grec : »démos » peuple et « kratos », autorité.

C'est la forme de gouvernement dans laquelle le pouvoir politique appartient au peuple. La formule la plus citée est « gouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple » (Lincoln) Cela suppose l'égalité de tous les individus composant le peuple (le citoyen) et ayant pour principe de base, l'élection.

Dès l'Antiquité, on distinguait déjà, traditionnellement, la démocratie de la monarchie (gouvernement d'un seul homme. Ex : les rois), de l'aristocratie ( gouvernement d'un petit nombre) qu'on appelle aujourd'hui, une caste.

Jusqu'à l'époque des Lumières, la démocratie fut exercée principalement à la Cité athénienne

Tout comme Aristote, avec la démonstration de trois types de gouvernement, monarchique, aristocratique et démocratique montrant par là-même que la démocratie peut être liée par la forme de pouvoir, ce qui ne veut pas dire, que celle-ci n'est pas seulement une forme de gouvernement mais l'assurance que la liberté pour le citoyen soit assurée. Il existe, en effet, plusieurs notions de démocratie : démocratie libérale ou au contraire démocratie populaire ( ex : URSS) qui n'a de démocratie que le nom.

Nous pouvons mettre à réflexion l'affirmation " il n'est point de démocratie sans liberté, il n'est point de liberté sans démocratie".

Alors, la démocratie est-elle le moins mauvais choix?. Cette formule interpelle car elle propose que la démocratie qui est tant vantée dans les pays qui s'en prévalent par un ou divers biais, la démocratie reste imparfaite, quoiqu'il en soit.

Cette attitude nous porte à réfléchir sur la pensée de certains auteurs et philosophes sur le sens même du mot « démocratie ».


La démocratie garante des libertés


Parce qu'il ne peut y avoir la possibilité à la vie de la Cité, la liberté d'expression est une condition principale pour un gouvernement d'avoir une légitimation et d'être respecté par le peuple.

Il n'y a de démocratie que s'il y a liberté d'expression et de choix. Sans liberté d'expression et de choix, il n' y a point de liberté.

Ainsi, Alexis De Tocqueville a traité de la liberté des citoyens de confier ou non, leur pouvoir de décision. Pour lui, c'est choisir ceux que l'on veut voir gouverner. Il y a donc un choix ce qui suppose qu'il y est un marché politique dans la diversité et la concurrence dans lequel le citoyen peut se reconnaître.

Certes, la liberté n'est qu'une petite illusion puisqu'on remet à d'autres, le pouvoir afin qu'il prenne les décisions politiques, de société notamment, pour chaque citoyen dans une démocratie représentative.

Également, un autre philosophe, Montesquieu démontre non seulement que la liberté des citoyens, mais la liberté tout court ne peut être respectée que si le citoyen a, à sa disposition, les outils qui lui permettent de jouer son rôle de citoyen.

Les Révolutionnaires de 1789, le considèrent comme le théoricien de «  L'esprit des lois » c'est-à-dire celui de la séparation des pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire.

Il prend en considération un rapport nécessaire entre le cadre politico-juridique de gouvernement et les citoyens qui vivent sous sa domination, condition de son existence, ce que Montesquieu appelle son « ressort ». La vertu pour la démocratie, la modération. La crainte pour le despotisme.

Si on peut affirmer que la démocratie peut être considérée comme un rapport de toute atteinte à la liberté, aux possibilités du citoyen d'exercer pleinement ses droits civils, peut-on dire pour autant que la démocratie est vraiment réelle?

N' y a t-il pas illusion de démocratie et de quelle démocratie parle t-on? Démocratie au sens libéral selon John Locke, démocratie au sens de centralisme démocratique selon la vision marxiste.

La difficulté est de savoir de quelle démocratie, on parle. Celle-ci est-elle utile? Est-elle efficace pour le citoyen, pour la société? Est-elle réelle ou illusion de démocratie?

Pour John Locke, la raison pour laquelle on entre dans une société politique, c'est de la possibilité de maintenir ses droits, qu'ils soient patrimoniaux ou civils, protégés par des institutions comme le législateur. En même temps, les citoyens veulent limiter le pouvoir des gouvernants afin d'éviter une dérive autoritaire.

Pour Spinoza, la démocratie doit permettre l'expression des libertés. Pour lui, le Prince ( l'Etat) doit avoir un rôle de rapport de confiance des citoyens s'il veut maintenir son pouvoir.

Pour Hobbes, l'homme, dans son état de nature est en concurrence perpétuelle avec ses semblables. De ce fait, pour l'enlever cet état de nature, il faut aller vers la société civile.

Selon lui, il faut au dessus de l'homme, une institution supérieure qui garantisse la paix entre les hommes. Cet organe supérieur, c'est l'Etat. Mais pour Hobbes, l'Etat doit permettre de maintenir la domination du souverain sur le peuple afin qu'il puisse rester au pouvoir. Ce n'est donc qu'une illusion de démocratie puisque le but du souverain est de maintenir sa domination en pratiquant l'illusion de la démocratie.

La démocratie parfaite n'existe pas, qui selon Platon est un régime hypocrite jugeant impossible la liberté pour tous, comme il l'explique dans La République dans laquelle il critique la démocratie sans concession. Pour Platon, si la démocratie n'est pas le plus mauvais des régimes, c'est toutefois un régime hypocrite où la liberté est en fait réservée à des gouvernants se faisant passer pour des gouvernés.

De même, Machiavel s'il était républicain, n'était pas un démocrate. D'où l'on peut se poser la question : la démocratie, est-elle une utopie raisonnable?.

Pris par les problèmes de son époque, une Italie du début du XVIème siècle, politiquement instable, il avait une vision très pragmatique de la gouvernance et du pouvoir. Pour celui-ci, le but « des grands » c'est-à-dire les élites dirigeantes est de garder le pouvoir. De ce fait, selon Machiavel, le prince doit faire preuve de virtu, de ruse pour le garder.

Un autre philosophe a une vision critique de la démocratie représentative : Jean Jacques Rousseau.

Pour ce dernier, la démocratie représentative est un leurre, car contrairement aux apparences, elle n'incarne pas l'intérêt général. Il suffit de s'apercevoir actuellement qu'à l'élection présidentielle mais également aux élections intermédiaires que malheureusement, la démocratie représentative ne reflète pas systématiquement une vision de l'intérêt général. La seule démocratie, selon lui, est la démocratie directe : référendum populaire (par ex pour le Stade de Décines !) Chaque loi doit être votée par la communauté, les élus n'étant que des acteurs temporaires.

En conclusion, si l'on observe, à travers l'élection présidentielle et celles qui suivront, peux-t'on dire que la démocratie est un mal nécessaire?

D'abord est-ce vraiment un mal?

Certes, la réflexion de Churchill est très pertinente car elle pose une multitude de questions philosophiques qui sont comment administrer une cité qui comporte des hommes et des femmes sur un territoire déterminé, en perpétuelle concurrence que ce soit dans les actions les plus diverses, politiques, sociales, culturelles et économiques, il faut pour cela que des règles et des normes juridiques fixent un cadre.

Ce cadre, dont à l'intérieur se trouvent ces règles, doit non seulement être rationnel mais surtout être accepté par les citoyens, ce que Max Weber appelle «  acceptation-soumission », dès lors que les hommes auront participé à la mise en œuvre et au fonctionnement du cadre institutionnel. '

Pour cela, et la Cité athénienne nous l'a démontré, notamment à travers Aristote, qu'une société, qu'un mieux vivre ensemble ne peut s'opérer que s'il y a respect et expression des libertés individuelles mais aussi collectives.

Voilà en cette période électorale, ce que je voulais vous soumettre, à travers ce paradigme sur la démocratie, afin que vous puissiez « cogiter » fortement.

 

Gaullistement

Claude JEANDEL

 

24/02/2012

DEUX MINUTES DE VERITE : Une fois de plus, la trahison de la classe politique contre la France et son peuple

Une fois encore, la démocratie est bafouée dans un Parlement poltron, couché devant la supranantionalité.

A travers ces deux minutes de vidéo, nous constatons que la classe politique française n'a qu'une vision de sa mission qui est celle de remettre à d'autres le destin de la France.

Mais heureusement, la France a encore en son sein des enfants de la République, courageux et honnêtes ayant une vision de l'intérêt général et de son intérêt supérieur et ce, dans un environnement où la bassesse politique l'emporte sur les convictions comme le démontre cette séance de l'Assemblée Nationale. 


Dupont-Aignan celui qui a dit NON par dlrtv

 

07/02/2012

3eme et 4ème Circonscriptions du Rhône : Préférez-vous la danse du scalp ou la danse macabre de Camille Saint-Saens?

ou comment l'UMP prend les militants et les électeurs pour des c...s

Depuis plusieurs semaines, nous assistons à quelque chose de surréaliste et d'ubuesque en ce qui concerne l'investiture d'un candidat aux législatives futures, suite à la volonté de Dominque Perben de ne pas se réprésenter dans la 4ème circonscription du Rhône.

Aussi, faisons une brêve analyse tant locale que nationale.

Sur le plan local, compte-tenu des friches politiques et électorales que laisse Dominique Perben lequel n'a pas su comprendre la société lyonnaise, on assiste à l'UMP de Lyon à la danse du scalp entre très petit chef, petit chef, moyen chef et moyen grand chef remuant leur hanche, la plus large possible dans une danse de saingie, ce scalpant les uns les autres, dans le but de scalper le grand chef en oubliant que tout ce beau monde scalpé, et donc mort, une fois ayant scalpé le très grand chef, se retouve sans grand chef. Le vainqueur du scalp du très grand chef, s'il a lieu, se retrouve pour le combat ultime en 2012, sans réserve d'indiens, puisque tous morts.

 

Cette image, certes insolite est bien la parfaite illustration de mon analyse concernant le fonctionnement de la démocratie en amont ou comment alors demander aux citoyens et aux militants d'être actifs pour les futures élections nationales comme locales.

Si l'on veut que le citoyen-électeur revienne vers la politique, respecte ses élus, il ne faut avoir peur de l'éclairer, de l'informer, de le former notamment sur les grands enjeux politiques, en lui permettant ainsi, sur le terrain, d'être plus performant. C'est l'un des rôles principal d'un mouvement politique, l'essence même de la démocratie.

Concernant l'analyse sur le plan national, où le débat doit se situer sur le fonctionnement de la démocratie représentative et participative, je rappelle quelques éléments.

La France de Clovis à Louis XIV, de la Révolution à Napoléon, de Clémenceau au Général de Gaulle, fidéle à elle-même, trouvera t-elle la force et l'imagination pour se surpasser, une fois encore?.

Pour moi, la France a une âme, un destin, et même au fond de l'abime a su démontrer sa capacité à se relever, tout au long de son histoire.

Faire croire, aujourd'hui que notre pays est malade de ses Institutions, ce n'est pas vrai. Ce dont il souffre, c'est du fonctionnement de sa démocratie représentative qui, sociologiquement et politiquement ne représente pas réellement la société. Notre nation est malade d'une grande partie de ses élites qui manque d'ambition et de vision, formatée sur un même modèle, et qui se dépouille de ses propres pouvoirs en les remettant à d'autres.

De part cette attitude, elle annihilie la souveraineté nationale. Ainsi, elle délègue des pans entiers de notre souveraineté à lUE, dans les domaines économique, judiciaire et budgétaire notamment.

En fait, la France est malade du fonctionement de sa démocratie représentative, le peuple ne s'y reconnaît pas.Ce qui se passe sur le territoire de la 4eme circonscription en est la parfaite illustration.

Ainsi, certains élus UMP à Lyon, ils sont légions, se comportent en seigneurs, méprisant le peuple y compris ceux qui se dévouent pour eux et qui les ont fait rois par leurs votes. Ils les considèrent même comme des vassaux.Pour moi, il est urgent de « dévassaliser » la droite lyonnaise, laquelle reproduit ses propres normes sociologiques et culturelles, écartant de ce fait le peuple à des responsabilités électives.

Aussi, attendons donc...le jugement dernier qui sera donné par les citoyens de cette partie du territoire lyonnaisà l'aube de lété 2012.

Gaullistement

Claude JEANDEL