geogle statistiques

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2011

PEUPLE DE FRANCE & PERSONNEL POLITIQUE : des « ingrédients de distanciation » de plus en plus grand ou les dangers d'une démocratie chancelante

Polanski, Strauss-Khan, Bettancourt, Woerth sont des « ingrédients » parmi d'autres qui n'ont seulement éloignent le peuple du personnel politique, mais risquent d'amener au pouvoir les tenants d'un autoritarisme démocratique.

La folie politico-médiatique commence à s'estomper. Il m'est apparu, maintenant, de poser des questions en essayant de prendre du recul sur l'évènement en partant du principe que la raison l'emporte sur la passion.

Est-il besoin de dire que « l'affaire DSK » est dramatique et quoiqu'il en soit, il faut trouver la vérité et c'est l'Histoire qui tranchera.

Toutefois, plusieurs réflexions s'imposent, comme l'a fait France2, ce dimanche.


 Source : France2 Emission Mon oeil 13h15 Dimanche 22.05.2011

La première réflexion est de se poser la question : comment cela est-il possible?

Toutefois, rappelons que « tout homme est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire ». A l'inverse, pour la présumée victime, elle a droit non seulement au respect mais aussi à sa vérité.

Au nom de quoi, la parole d'une employée de ménage n'aurait pas la même valeur que celle d'un ancien directeur du FMI ?

La seconde réflexion : est que, dans cette affaire, le comportement d'une partie du personnel politique comme médiatique n'a pas été à la hauteur de l'enjeu. C'est un comportement de classe et de caste qui s'est refermée sur elle-même avec un mépris, non seulement vis à vis des évènements mais de la société en général et donc du peuple.

Il en est ainsi des propos de Jack Lang inadmissibles et honteux pour quelqu'un qui se dit de gauche. Avoir un tel mépris pour cette jeune femme en déclarant tout de go «  après tout, il n'y a pas mort d'homme ». Drôle de singularité de mélanger les genres homme et femme. Il en est aussi de BH Lévy, soupconnant même ,d'après certains médias, la présence de l'employée de ménage. C'est vrai, que ce Monsieur comme beaucoup d'autres se promènent davantage, derrière Nicolas Sarkozy dans les salons dorés de la République que dans les HLM des cités. Le comportement d'une minorité certes, et d'élus socialistes pro-DSK, par leur théorie du complot ont démontré que visiblement, ils n'ont pas pris la mesure de l'évènement dramatique mais surtout qu'ils sont qaund même quoiqu'on en dise en dehors du pays réel.

La troisème réflexion est qu'une fois de plus, il faut affirmer qu'il n'est pas vrai que les Français n'aiment pas la politique. Celle-ci, est un élèment « de socialisation » du citoyen au service de l'intérêt général et aussi au service de son prochain.

Or, depuis plus de trois ans, ies citoyens ont l'impression au travers des différentes affaires successives comme celles Polanski, Woerth-Bettencourt, Tapie ...que la notion de service par ceux et celles qui sont mandatés pour servir le peuple et la Nation est un leurre.

Cette dégradation de la démocratie, non seulement est dûe à ce facteur d'arrivisme et d'affairisme mais aussi et surtout, à des organes institutionnels qui sont chargés de la faire fonctionner et qui ne représentent pas le pays réel, comme le Parlement par exemple. Egalement, la professionnalisation de la politique se faisant sur ce que l'on appelle « le marché politique » qui crée la concurrence entre les citoyens candidats amène une dérive carrièriste par le cumul des mandats et dles fonctions.

De même, que l'ascensceur social au sein des entreprises est bloqué à tous les étages, la méritocratie républicaine, gâge d'une démocratie saine, d'un mieux vivre ensemble, devient l'exception.

Quelque soit le gouvernement qui sortira des urnes en 2012, il devra s'attaquer à ce que les citoyens français aient le personnel politique qui marchent ensemble, dans le même sens de l'intérêt commun, dans une même communauté de destin qui s'appelle la Nation française.

Gaullistement

Claude JEANDEL

 

09/05/2011

Histoire lorraine : le 9 mai 1947 à 18h45, la Place Stanislas en émoi

 

Miabelle de Lorraine 1947.jpgCe jour-là, la ville de Nancy avait un habitant de plus, prénommé Claudius qui ouvrit les yeux et remercia la foule assemblée , de la Place Stanislas en passant par la Place du Gouverneur jusqu'au restaurant que tenaient les parents du petit Claudius.

Afin qu'il puisse vivre longtemps, il se devait d'être solide comme un sapin des Vosges, terre de ses ancêtres depuis près de deux siècles, il eut donc droit à la tradition lorraine, à la place du lait maternel un biberon de mirabelle !!!

Cela lui forga l'esprit et...le caractère qui en fait un citoyen aimé...de tous, et surtout de toutes.

Mirabellement

CLAUDIUS JEANDELUS

du Duché de Nancy

22:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

14/04/2011

Pour la France, pour les Français : une posture gaulliste et citoyenne

DDV Press Club 14.4.2011.jpgCe jeudi 14 avril 2011, la France a peut-être une possibilité d'ouvrir une nouvelle page de son histoire.

La possibilité de revenir aux fondamentaux de la Vème République. Un nouveau concept politique est né «  la refondation citoyenne ».

Cela veut dire, mettre le citoyen au centre de l'action publique. Pour cela, Dominique de Villepin propose plusieurs solutions

- restaurer l'autorité de l'Etat et le rendre plus efficace en réduisant d'un tiers le nombre de parlementaires ramenant le nombre de députés maximum à 400, celui des sénateurs à 200 .

- mettre un terme au cumul des fonctions et des mandats

- réduire le nombre de Régions de 22 à 8 ou 10 qui seraient réunies deux fois par mois, les associant dans un conseil territorial stratégique et dont les Présidents seront élus au suffrage universel direct.

- refonder le système judiciaire par la création d'un Procureur Général de la Nation

Sur le plan économique

- une réforme avec un instrument qu'est la TVA, un instrument de pilotage que sont le Conseil national stratégique et le plan vert, en y mettant un instrument de mobilisation qu'est la cogestion « à la française ».

- un service public de parcours professionnels ayant pour objet la lutte contre le chômage, la formation professionnelle et la sécurisation des parcours

- un service public du logement sera mis en place, des hôpitaux décentralisés

Un nouveau défi s'ouvre qui est celui de la connaissance et de l'innovation, pour cela, de grands pôles universitaires réunis avec les Grandes Ecoles et les Classes préparatoires permettront l'entrée dans ce monde de la connaissance.

La mise en place de Métropoles, grâce à des projets territoriaux élaborés par les habitants dans le cadre de Conseils de Quartiers élus directement par les citoyens. Ainsi ils auront une légitimité à égalité avec la démocratie représentative.

En matière de relations internationales, affirmation du rayonnement et de l'indépendance de la France par une exception culturelle française qui accordera une exemption fiscale sur les revenus des créateurs.

En ce qui me concerne, et qui m'intéresse au plus haut niveau, une garantie de souveraineté au sein de l'Europe en nous donnant des outils d'une coopération étroite et quotidienne avec l'Allemagne, notamment sur l'Euro,et la création d'un haut conseil franco-allemand.

Une garantie d'indépendance par la sortie du commandement intégré de l'OTAN.

Voilà brièvement quelques propositions de Dominique de Villepin.

En conclusion, je pense pouvoir dire de l'aveu même des commentateurs que le fond de sa démarche est gaulliste parce qu'il va vers le peuple, sans démagogie et qu'il proposera des référendums. On peut dire qu'il y a un un chef, un programme très précis et très travaillé. C'est « Monsieur services publics » selon un journalistes de Public Sénat.

Parce qu'il est volontariste, il peut donner un nouveau souffle, un nouveau sens de la politique, du politique.

« l'homme est un animal politique, la question n'est pas de savoir qui gouverne, mais si le pouvoir est exercé en vue du bien commun ou au profit d'une minorité », selon Aristote. On peut ajouter à cette maxime la citation de Charles de Gaulle : «  on ne peut ressembler à tout le monde si l'on veut être quelqu'un ».

Gaullistement

Claude JEANDEL

21:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

11/04/2011

DROITE LYONNAISE : renouvellement et nouvelle approche s'imposent

En analysant avec recul le résultat des cantonales 2011, on peut observer qu'au delà de Lyon, la droite limite la casse parce que celles et ceux qui sont censés la représenter s'adapent mieux à la société qu'ils sont en charge de défendre.

C'est le cas à Meyzieu où le Maire, Michel Forissier a été brillamment élu Conseiller Général du Rhône ce 27 mars.

A Lyon, il en va autrement..

Lorsqu'on est éloigné du peuple, qu'on ne s'adapte pas à la nouvelle donne sociologique, on a le résultat que l'on mérite.C'est le cas de Dominique Perben.

Peu d'élus de droite, à Lyon, dans leurs pratiques, dans leurs comportements ont le respect de leurs propres électeurs et de la société lyonnaise. Malheureusement, la majorité de ceux-ci sont inaudibles mais surtout ne dédaignent même pas dialoguer avec les citoyens, comme lors des CICA, par exemple pour le 7eme arrondissement où ils ne se déplacent pratiquement jamais pour saluer les représentants d'associations qui viennent interpeller les élus pour l'intérêt général de l'arrondissement, alors même qu'une majorité de ces responsables d'associations sont plus ou moins de cette sensibilité.

J'ajoute que certains comportements en ce qui concerne le 7ème arrondissement d'élus UMP est inadmissible. Président d'une association, qui s'interesse entre autre à la politique de l'enfance, nous avons été bernés et trahis par l'une d'entre elle en ce qui concerne la crèche « les Bébés bilingues » où pendant plus de 3 ans, elle nous a menti sur le projet d'une crèche généraliste que notre association réclamait.

A travers cet exemple, il est démontré que l'on ne peut pas gagner des élections, en prenant les associations et les citoyens qu'elles représentent pour des imbéciles. Ce n'est pas un hasard si, comme sur toute la ville de Lyon, la droite dans le 7eme perd des voix et que la gauche s'installe.

En effet, lorsque l'on voit le résultat éléctoral des cantonales où des candidats de droite ne sont même pas en deuxième position mais troisième, voire quatrième, cela prouve l'état dans lequel elle se trouve à Lyon.

Je l'ai déjà dit à maintes reprises et le redit à nouveau, il faut un renouvellement complet du personnel politique sur Lyon, arrêter le cumul des mandats et des fonctions, revoir les méthodes de sélection des candidats à des postes électifs par une organisation réellement démocratique, en y organisant de véritables primaires, non seulement au sein des partis mais plus largement dans l'électorat de droite. S'ouvrir à la société lyonnaise nouvelle, aux associations, au milieu culturel...représentatifs de la diversité lyonnaise. Il faut apprendre aux électeurs, militants et sympatisants de droite à avoir une ouverture d'esprit en acceptant les débats contradictoires, source de démocratie et de tolérance.

Le gaulliste que je suis regrette que la droite à Lyon se recroqueville sur elle-même où j'ai eu personellement la réflexion d'une élue de droite(UMP)du 7eme me taclant en me disant qu'elle n'avait pas à être à mon service au prétexe que je n'aurais pas voté du bon côté, en oubliant la base fondamentale que pour gagner une élection, il faut 50% plus une voix. Ce qui veut dire que dans le cadre de l'UMP seule à Lyon, ne représantant guère plus de 20%, pour aller aux 50+1, il faut donc aller vers un marché politique potentiel élargi donc aux non-UMP. La réflexion de cette élue démontre, si besoin en était un manque de tolérance d'une part mais surtout un manque flagrant de vision du champ politique Et le problème de la droite lyonnaise est là, dans cet exemple, lui apportant les déconvenues électorales.

Le gaulliste que je suis n'accepte plus ce comportement. De ce fait, je demande au « peuple de droite » de se réveiller et de se prendre en charge en 2014 en créant eux-mêmes leurs propres listes aux municipales. Ayez le courage de contester la position de vos leaders qui ne pensent qu'à garder leur propre fauteuil et ceux de leurs copines et de leurs copins, empêchant ainsi le renouvellement nécessaire et l'éclosion de nouveaux talents au sein de la droite lyonnaise.

Peuple de droite, réveille toi, ensemble, nous pourrons gagner en jetant aux orties certains élus « bouffe-gamelle », cumulards et autres incapables. Nous en avons assez des défaites.

Gaullistement

Claude JEANDEL

 

 

31/03/2011

LAICITE OU LA DANSE DE SAINT GUY FASCISANTE D'UNE PARTIE DE L'UMP

Ou la dangereuse porosité de plus en plus importante entre une grande partie de l'UMP et l'idéologie du Front national que je n'ai céssé de dénoncer depuis près de 4 ans, avec la venue de NS à l'Elysée.

Lors du CICA du 10 novembre dernier, j'avais exprimé mon très vif mécontentement sur une élue de l'UMP de l'arrondissement concernant un équipement imposé, sans concertation (les bébés bilingues).

Dans mon exposé, j'avais évoqué le comportement du Gouvernement qui devenait fascisant. Or, nous sommes en plein dedans. Ma prédiction s'est avérée juste. Pourquoi ?

Comme sera précisé ci-après, le Front national est l'émanation de mouvements fascistes tel que Occident, Ordre nouveau et d'autres.

Or, certains membres de ces deux mouvements, tels que Alain Madelin, Gérard Longuet, Patrick Deviedjian, Claude Goasguen occupent ou ont occupé des responsabilités importantes dans l'appareil d'Etat. M. Longuet, Ministre, M. Claude Goasguen, Député de Paris et M. Devedjian, ancien Ministre. Par ailleurs, ce n'est pas le fait du hasard qu'autour de J.F Coppé se trouve Claude Goasguen qui réclame à corps et à cris ce débat sur la laicité, qui en fait, est un débat contre l'islam.

On a donc l'impression dans cette affaire, d'un goût de revanche et de rancoeur sur des évènements historiques de l'autre côté de la Méditerrannée, comme ceux de la Guerre d'Algérie par exemple. Je maintiens que ce n'est pas en courant derrière le Front national, ce que je dis depuis 3 ans, que la droite redeviendra crédible, notamment à Lyon. La droite lyonnaise, silencieuse sur cette affaire devient elle aussi intolérante, fermée sur la société, ainsi dans le 7ème, nous en avons malheureusement l'exemple des deux seuls élus UMP qui se comportent comme de véritables sectaires.

Pour mieux comprendre ce qu'est l'extrême-droite, en France, il me paraît utile de faire un bref historique.

Commencons par la genèse du cheminement idéologique et politique de l'extrême-droite.

Trouvant sa source lors de la Révolution française, l'extrême-droite a toujours cultivé une véritable haine des idéaux de 1789 et de la philosophie des Lumières. Tout au long de son histoire, elle a toujours eu un comportement contre-révolutionnaire et revanchard.

Il faut rappeler son action et son comportement au sein des mouvements contre-révolutionnaires dont les temps forts furent durant les années 1789-1799, la contre-révolution initiée par Jacques Mallet du Pan et Joseph de Maistre que l'on peut considérer comme la préfiguration de l'extrême-droite française.

Durant les années 1814-1830, sous la Restauration au début du XIXème siècle, les mouvements royalistes et bonapartistes furent très actifs.

Vers la fin du XIXème, de 1881 à 1906, soit du Boulangisme à l'affaire Dreyfus, elle poursuit sa constance anti-révolutionnaire. Ainsi lors de l'affaire Dreyfus (1894-1906), l'extrême-droite française montra son vrai visage par son comportement antisémite et anti-parlementaire.

Ce qui fragilisa la IIIème République et ce qui de 1918 à 1936 favorisa le fascisme et la création de nombreuses ligues comme les Croix de feu du Colonel De la Roque, l'Action Française de Charles Maurras, royaliste et nationaliste avec les Camelots du Roi, ainsi que des ligues ultra-catholiques et l'émergence d'un fascisme français dont certaines inspirations venaient d'anciens communistes en rupture comme Doriot.

Le cheminement de l'esprit revanchard continua par la collaboration avec le Régime de Vichy de 1940 à 1944. Jusqu'en 1956, l'extrême-droite française fut inexistante. Dès 1956, elle renaît de ses cendres par la création du mouvement poujadiste de Pierre Poujade de l'UDCA ( Union de défense des commercants et artisans) et dont Jean-Marie Le Pen fut un élu, prémice de la création du Front national.

En même temps que le poujadisme se distingua par son anti-parlementarisme, son anti-étatisme, parallèlement beaucoup de ses membres dont JM Le Pen seront des activistes de l'Algérie française.

C'est donc à travers cet héritage idéologique et politique que le 05 octobre 1972 est crée le Front National par Jean-Marie Le Pen, désigné Président, avec François Brigneau et Roger Holeindre.

Cet historique démontre s'il en est, le cheminement constant de l'extrême-droite française dont le Front national est l'héritier idéologique et politique.

Le Front national, s'il est l'héritier idéologique et politique des années antérieures, la société française évoluant, les dirigeants se sont aperçus qu'il fallait changer de sémantique et c'est par le GRECE (Groupement de Recherche et d'Etude pour la Civilisation Européenne), penseur de la nouvelle droite extrême que fut inventée la nouvellle dialectique, portée par le FN.

Dans les années soixante-dix, les intellectuels parmi lesquels Alain de Benoist se voulaient un groupe de pensée et non un parti politique.

En fait, parce que les arguments sémantiques anciens sur des thématiques comme l'inégalité des races, l'anti-égalitarisme n'étant plus acceptés par la société moderne, il fallait trouver des thématiques nouvelles. Le GRECE organisa de remettre au goût du jour, sous des formes nouvelles les mêmes thématiques idéologiques et politiques de l'extrême-droite française. Ainsi si on prend la critique de l'égalitarisme, le GRECE s'appuie sur l'anthropologie historique. Egalement, sur le sujet de la race et la supériorité se substitue la « préservation des particularismes des sociétés ».

A travers ces nouveaux concepts, celui-ci se fait le « parti de la diversité et de la tolérance contre celui de l'uniformité ». De même, il critique l'économie ultra-libérale non contrôlée qui enlève aux Etats-Nations la possibilité d'agir. Cette vision plus ou moins dirigiste de l'économie a permis à Jean-Marie Le Pen et au Front national qui étaient le chantre d'une économie ultra-libérale de réorienter sa sémantique pour un contrôle de l'économie.

Le Front national devient pragmatique et opportuniste pour conquérir un nouveau marché politique afin de donner une nouvelle légitilité à l'extrême-droite.

Parce que son électorat est hétéroclite dont un bon tiers vient des couches populaires, il a mis à jour son discours politique et idéologique en s'adaptant à une demande sociétale. Lorsqu'il parle de souveraineté nationale, il surfe aussi sur l'échec de l'Europe comme le démontre dans Marianne du 07 mars 2011, l'économiste Jacques Sapir.

Aujourd'hui, on peut dire que la diversité de l'électorat et des militants frontistes est une réalité.

Comme l'écrit David Doucet le 12 janvier 2011 sur Slate.fr, reprenant la formule de Staline à propos du Pape : « combien de divisions? », il pose la question de la réelle force militante du FN, en nombre de militants notamment et aussi de leur origine.

Pour nombre d'observateurs, le FN tournerait entre 25 et 30 000 militants. Personnellement, je pense qu'étant une force montante, en nombre d'adhésions, il n'est pas loin de l'UMP qui en a à peine 120 000. Contrairement à ce qu'il est dit, le FN minore toujours ses chiffres auprès des médias.

Aujourdh'ui, un militant du Front national, c'est quelqu'un de très masculin, souvent peu diplômé, urbain en grande majorité. S'il y a peu d'enseignants qui votent FN, il y a, par contre, en nombre important, des enseignants parmi les cadres du parti. Beaucoup sont de la région parisienne, toutefois, il faut modérer ces propos car nombre de militants sont issus de milieux sociaux disparates : on y trouve des ouvriers, des milieux bourgeois, et quelques personnalités diverses.

On ne peut aujoud'hui dresser un portrait type du militant FN. Même si électoralement, le FN puise son électorat dans les milieux populaires qui fut jadis celui du PC, la tendance actuelle est d'élargir le champ et le marché politique. Géographiquement, il varie selon les régions. Ainsi dans les territoires du Languedoc et de PACA, beaucoup de retraités et de classes supérieures militent alors que dans le Nord-Pas-de-Calais, ils sont issus des couches populaires.

Une tendance interne à l'uniformité de l'ensemble des militants du Front apparait de plus en plus forte . Cela veut dire tout simplement qu'il y a au sein de l'extrême-droite française de moins en moins de sensibilités différentes. Le militant FN a le culte du chef, très attaché au parti, il est selon Max Weber idéal-type charismatique, attaché aux valeurs traditionnelles de la famille et de la Nation, avec son drapeau.

La nouvelle génération de militants incarne une modernité sous la houlette de Marine Le Pen, comme vue sur la récente enquête de France2, consacrée aux candidat(e)s aux élections cantonales et qui ont une approche au plus près de la société d'aujourd'hui. Elle ne subit pas l'historique des sarcasmes des anciens du FN ainsi que de leur passé vichyssois, ce qui ne veut pas dire que cette nouvelle génération jette aux orties l'idéologie et l'héritage de l'extrême-droite. Je dirais même qu'elle a un formatage intellectuel qui ne fait aucun doute sur sa conviction politique.

En conclusion, on peut dire que plusieurs éléments peuvent soulever des inquiétudes qui tiennent à la mondialisation, au développement économique, à l'abaissement des Etats-Nations au profit d'organes supra-nationaux, amenant les citoyens à s'opposer de plus en plus aux élites en place, par l'expression du vote protestataire et qui peut, à l'avenir devenir un vote d'adhésion.

Ce bref historique doit permettre de réflechir aux véléités de certains hommes politiques de droite qui regardent vers la droite extrême.

Pour moi dans ces comportements de certaines personnes montre si besoin en était qu'ils se fouttent du peuple français et sont près à pactiser avec le diable, s'il le faut, pour « bouffer à la gamelle de lentilles ».

Ce sont ces mêmes types de personnages, qui, en 1940, ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

Le gaulliste que je suis ne peut tolérer ce type de comportement, c'est pourquoi, dès 2012, il faut les mettre hors d'état de nuire et là, le pacte républicain doit fonctionner.

Cela devra se reproduire sur le plan local, à Lyon, en 2014 où la droite doit impérativement se renouveller rapidement et totalement, c'est-à-dire exiger le remplacement de tout ces élu(e)s « bouffe gamelle », et surtout sur le 7eme arrondissement.

Gaullistement

Claude JEANDEL