geogle statistiques

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2010

QUELLE VILLE POUR LES HANDICAPES ?

L'exemple de Nancy, ville ouverte aux handicapés.

Handicap escalires Blog 21.11.10.jpgEn lisant le journal La Croix daté du 19 novembre, j'ai eu la bonne surprise de voir que ma ville natale, Nancy ést à la pointe d'une politique envers les handicapés.

Comme le dit le journal, cette réputation s'explique par son histoire de chef lieu d'un département très actif en matière de santé. Il est le fait d'une volonté politique des Elus de l'agglomération et du Conseil Général pour une véritable politique d'aides et d'écoutes aux handicapés.

Cela se fait au travers d'un important réseau d'associations et la participation de nombreux bénévoles pour trouver des solutions afin que les personnes handicapées se sentent bien dans la ville.

C'est une tradition ancienne à Nancy, qui créa dans le département de Meurthe et Moselle, « l'office d'hygiène sociale et à l'histoire des mines »souligne Valérie Rosso-Debord, adjointe en charge des personnes âgées et handicapées, par ailleurs députée.

Dès 1920, la ville et le département furent sensibilisés à ce phénomène du handicap et c'est la raison pour laquelle ils ont crée des structures médicales adaptées, préfigurant les Directions départementales et sociales installées dans tous les départements français  après 1945.

De plus, au sortir de la Guerre a aussi été crée à Nancy, pour les amputés, l'Institut régional de réadaptation Pierquin, qui garde la particularité en France, de suivre la personne de son accident à sa réinsertion sociale et professionnelle.

Je pense que ceci s'explique par le fait que la Lorraine, de part son histoire, sur son territoire, a connu de nombreuses victimes de la 1ère Guerre mondiale, à Verdun, notamment.

Egalement, sensibilisée par le handicap sensoriel, elle mit en place des institutions de dimension régionale comme l'Institut des jeunes sourds à Jarville-la- Malgrange, ainsi que l'Institut des jeunes aveugles à Nancy.

Cette volonté politique est un travail de longue haleine, c'est d'ailleurs pour cela qu'une association locale, gérée par la mission handicap du CCAS de la ville de Nancy a obtenu le prix Territoria « un e-public ».

Que peut-on tirer de cette expérience à Lyon?

Bien sûr, notre ville fait des efforts énormes. Elle s'appuie, comme à Nancy sur le travail de nombreux bénévoles. Cela veut dire tout simplement, lorsqu'il y a une volonté politique, s'appuyant sur un réseau associatif dense, Lyon, ma ville d'adoption, doit pouvoir améliorer, plus fort encore, le sort des hommes et des femmes ayant un handicap.

Notre ville, de culture humaniste et de tradition humanitaire est très bien placée pour gagner ce challenge. Il est d'ailleurs dommage que, dans le projet futur de l'Hôtel-Dieu, le Maire M. Gérard Collomb n'a pas jugé utile de laisser quelques espaces pour accueillir des familles en difficulté, tournant ainsi le dos à la tradition humaniste lyonnaise.

Ce qui se fait à Nancy doit servir d'aiguillon à notre bonne ville de Lyon, Capitale de la gastronomie, et pour quoi pas capitale du handicap?

Telles sont brièvement, les quelques réflexions que je soumets à votre sagacité.

Gaullistement

Claude JEANDEL

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

02/11/2010

Une femme discrète, rigoureuse, mais aussi moderne, une grande dame : « TANTE YVONNE »

200px-Yvonne_de_Gaulle.jpgLe 09 novembre 2010, sera célébrée, en la Basiique de Fourvière à 17h30, une messe à la mémoire du Général de Gaulle, qui s'est éteint voici 40 ans.

En ce moment, je suis scotché sur France2 qui diffuse un téléfim documentaire retraçant la difficulté et l'élaboration de la prise de pouvoir et du règlement du problème algérien par le Général de Gaulle.

Mais je voudrai, cette année, faire une exception. Si personne ne conteste la stature même de l'homme du 18 juin, je voudrai profiter de ces célébrations du 40ème anniversaire de la mort du Général de Gaulle avoir une pensée pour une grande dame qui fut vraiment la première dame de France : Yvonne de Gaulle que le peuple appelait affectueusement «Tante Yvonne ».

Beaucoup de choses furent dites sur elle. Il est bon quand même de rappeler que, descendante d'une grande famille bourgeoise du Nord, n'aimant pas le milieu parisien, malgré ses apparences elle fut parfois moderne.

C'est ainsi que dans les années soixante, elle plaida en faveur de la contraception auprès de son auguste mari ce qui a permis à Lucien Neuwirth d'aller jusqu'au bout de son idée, par la mise en circulation de la pilule.

« Tante Yvonne » fut une grande dame, catholique, ayant un sens moral et de l'éthique et qui donna ainsi à la France, une âme.

Voilà très brièvement, ce que, ce soir, je voulais écrire.

Il me semble que parfois, il ne faut pas oublier celle qui dans l'ombre du Général, joua un plus grand rôle qu'on ne le croit. Pour la France et pour les Français.


Entre ces deux personnages, "Tante Yvonne" et Schubert, l'on peut dire qu'ils symbolisent "le beau et le sublime".

"Le sublime émeut, le beau charme"  

Emmanuel KANT

23:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yvonne de gaulle?, âme, france | |  Facebook | |

25/10/2010

Retraite : Victoire à la pyrrhus, le peuple, par une résistance passive, aura sa revanche

"A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"

Depuis quelque temps, j'ai observé lé déroulement de la réforme des retraites.

Plusieurs remarques s'imposent

NS a certes gagné juridiquement la partie mais il est politiquement perdant et risque de payer la note en 2012.

Dans la gouvernance qui est la sienne, il vient de démontrer, outre le mépris envers l'ensemble des catégories sociales, son refus du dialogue avec les corps intermédiaires composés d'organisations syndicales représentatives, d'organisations universitaires et lycéennes.

Par ces méthodes, il a pu imposer à un Parlement poltron, couché, non représentatif de la société française, ses vues réactionnaires et fascisantes de sa vision de la société française, aidé en cela par des voix parlementaires gaudillots, fades, éprises de revanche sur les classes populaires.

Cette majorité UMP/Centriste a démontré par sa pratique qu'elle était avant tout à la solde du Medef et non du peuple français.

Le deuxième élément que je retiens, c'est l'affaiblissement des contre-pouvoirs, ce qui constitue un danger pour le fonctionnement de notre démocratie et pour les libertés individuelles.

En effet, comme je l'ai écrit ci-dessus, ce Parlement non représentatif est illégitime politiquement et surtout socialement selon moi.

Il existe un gros problème dans ce pays : c'est la faiblesse des corps sociaux, c'est-à-dire du mouvement syndical dans son ensemble. Si à ce jour, le miracle de l'unité a fonctionné, celà est bien mais la grande difficulté est d'arriver à élargir le champ social en dehors de ses propre troupes.

J'entends par là, que plus de 90% des Français ne sont pas membres d'une organisation syndicale. A l'avenir, il faudra bien organiser ce contre-pouvoir social, face à la puissance du Medef et plus largement du patronat mais ausssi par une éducation populaire et sociale des salariés afin qu'ils comprennent que pour défendre leurs intérêts légitimes, ils se doivent adhérer à l'organisation syndicale de leur choix. Faut-il pour celà qu'elle soit obligatoire ou volontaire? Vaste débat !

Pour ma part, plus on avance vers un capitalisme sauvage sans foi, ni loi, plus je suis de ceux qui pensent, pourquoi ne pas essayer de rendre obligatoire l'adhésion à un syndicat de son choix?.

Ceux-ci auraient ainsi la puissance d'une véritable légitimité, donc de contre-pouvoir, au sein d'organes de contrôle dans l'entreprise comme le Comité d'entreprise par exemple.

Ainsi, lorsqu'ils défileraient dans la rue, ils ne seraient plus seulement 2 à 3 millions mais 5 à 10 millions. Cela ferait une force de contre-pouvoir qui pourrait suppléer un Parlement complétement déconnecté de la société.

En son temps, sous le Général De Gaulle, il y avait de grands penseurs comme Louis Wallon et René Capitant qui avaient proposé la formule du pan capitaliste.

De toute façon, il faudra, dans le pays des Droits de l'Homme et du Citoyen donner la possibilité aux salariés d'exercer leur rôle de citoyens dans l'entreprise. Cela s'appelle tout simplement la démocratie sociale.

Pour le reste, si l'on veut que la France reprenne sa place dans le monde, il lui faut un Etat fort, centralisé, ayant le sens de l'intérêt général et non d'être au service des lobbies principalement financier dont ce gouvernement est le suppôt.

L'on ne gouverne pas un pays en dressant les Français les uns contre les autres, en cherchant sans cesse des boucs émissaires, mais par un projet commun où tous se reconnaissent dans une même communauté de destin que l'on appelle la Nation française.

QUE VIVE LA REPUBLIQUE QUE VIVE LA FRANCE

Gaullistement

Claude JEANDEL

 

04/10/2010

L'URGENTE NECESSITE D'UNE ALTERNATIVE REPUBLICAINE

Lentement, mais sûrement l'oiseau fait son nid ou l'urgente nécessité d'une alternative politique en 2012.


Discours de Dominique de Villepin à Montpellier
envoyé par clubvillepin. - L'info internationale vidéo.

Dans l'état où se trouve la France aujourd'hui où au plus haut sommet de l'Etat c'est la chienlit, la décadence, il faut quoi que vaille pour la FRANCE mettre un terme à cette façon de gouverner, à cette détestable politique d'ostracisme vis à vis de nombreuses catégories de Français, autochtones commre d'origines diverses.

D'ailleurs, je ne suis pas le seul à le dire puisque lors d'un récent déplacement à Montpellier, Dominique de Villepin s'est confié au Midi Libre et a qualifié le climat politique actuel comme non serein pour rassembler les Français.

Le climat politique en France n’est pas très serein ?

C’est une confusion extrême. Une pagaille, une chienlit avec un blocage au sommet de l’Etat. Une situation que nous avons rarement connue dans notre histoire, sous la Ve République.

Le bal des ego à droite ?

L’annonce par le Président d’un remaniement a créé une situation de tension politique. Et donc d’irresponsabilité. Chacun joue sa carte personnelle, essaye de sauver sa tête. Chacun, du coup, se sent libéré de la solidarité gouvernementale. On voit donc, la politique se débrider. C’est malheureux, car on s’éloigne encore un peu plus du service des Français. Cette situation de vide est très néfaste à l’action gouvernementale. Tout cela dans un moment difficile pour notre pays, c’est vraiment surréaliste.

Source: http://2villepin.free.fr/index.php/2010/10/01/1643-domini...

 

Ici à Lyon, un député UMP de la 1ere circonscription du Rhône qui ne sait pas prendre de positions claires concernant l'OL à Gerland, des Elus UMP du 7eme inexistants et surtout politiquement inutiles, il est clair qu'il faudra mettre un terme au plus vite à tout cela pour reconquérir la ville en 2014..

Donc dès maintenant, préparons une alternative pour la France,et pour le peuple français et aussi pour Lyon, principalement pour le 7eme arrondissement..

Gaullistement

Claude JEANDEL

 

29/08/2010

Roms, Gens du voyage, Français d'origines diverses : attention aux démons du régime de Vichy

Certes, la France ne peut accueillir toute la misère du monde comme disait M. Rocard et tout Etat a le droit de se prémunir en assurant la sécurité sur son territoire national.

Ce qui se passe actuellement dans notre pays devient dramatique car il y a un danger pour notre démocratie de la part d'un pouvoir au type de gouvernance de plus en plus autoritaire, anti-social, anti-culture et surtout un mépris de l'Etat.

Qu'est-ce qui fait qu'un pouvoir est puissant, donc efficace, agissant au nom de l'intérêt général?

Toute action politique, pour qu'elle soit effective ne peut être débattue démocratiquement, qu'avec le peuple, soit directement, soit indirectement au travers des institutions qui composent la République c'est-à-dire avec les Elus du peuple, mandatés par celui-ci, légitimés par la sanction du vote.

Ce qui pose problème aujourd'hui, c'est que les contre-pouvoirs ne fonctionnent pas bien. Or, pour une démocratie saine, selon Montesquieu, il doit y avoir un équilibre des pouvoirs qui donne ainsi à l'Etat la possibilité d'être efficace et ce que Max Weber appelle « la violence légitime de l'Etat ». Ainsi, l'ensemble des corps qui composent une société réunis sur un même territoire, partageant ensemble la même histoire, la même culture, le même esprit du sens du devoir envers son prochain, envers son pays, s'appelle la Nation.

La Nation française de part ses origines, de part son histoire a su montrer l'exemple de l'esprit d'ouverture envers d'autres cultures. Elle fut ainsi dirigée par des autrichiens, par un Italien(Mazarini) par un Ministre des finances suisse comme Necker, de grands artistes comme de grands scientifiques venus d'autres horizons que le sien ont fait la grandeur de la France : faut-il préciser que Pierre et Marie Curie, pères de l'atome sont venus de Pologne, tout comme Frédéric Chopin qui séjourna longtemps dans notre pays, ou de grands écrivains qui ont aimé la France comme Jean-Jacques Rousseau ou plus près de nous Ionesco ou Cioran. Ils ont ainsi été la lumière de la France dans sa vision universaliste des Droits de l'homme et du Citoyen.

C'est parce que, Athènes, ouverte sur le monde a gagné sur Sparte, qui se renfermait sur elle-même, que la démocratie l'a emporté.

C'est cet esprit de Nation ouverte et tolérante, ouverte sur le monde qui fait de la France, un pays singulier.

Quelle que soit la raison d'Etat, l'on ne peut mettre sur notre drapeau une tâche de honte comme l'a écrit Dominique de Villepin sans sa tribune au Monde, par des actions, des comportements qui ne sont pas dignes de ceux et de celles qui ont la charge et la grandeur de servir la France dans l'honneur. Tout citoyen de ce pays, quelle que soit sa conviction, sa religion, se doit non seulement d'être vigilant mais être un acteur pour le respect d'hommes et de femmes qui ne demandent qu'une chose : pouvoir vivre décemment.

L'on ne résout pas, par des incantations politiciennes, par une stratégie de l'attention permanente les problèmes de la misère sociale qui frappent ces hommes et ces femmes.

La démocratie, c'est d'abord le dialogue permanent entre toutes les composantes de la société et non je ne sais quelle manoeuvre pour se maintenir au pouvoir afin de protéger des intérêts personnels et/ou ceux de son propre clan.

De plus, je rappelle l'article 1er de la Constitution : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d'origine, de race ou de religion. »

C'est donc au travers de ce comportement vis à vis de ces pauvres gens que notre Constitution est bafouée. Pire, sur la scène mondiale, la France est mise au banc des accusés.

Pour la première fois, un Pape devant la face du monde rappelle à l'ordre à nos gouvernants que tout homme et toute femme a droit, non seulement au respect de sa personne et que son problème soit résolu en toute humanité.

Je peux prendre comme analogie la question du pape Jean-Paul II « France, qu'a tu fait de ton baptême? » en la transposant sur une vision républicaine « France, qu'as-tu fait de tes fondamentaux républicains? »

La charité chrétienne est complémentaire de la solidarité républicaine. J'ai personnellement toujours eu ces deux sillons qui me guident, à savoir les valeurs républicaines dans ses notions de droit objectif et les valeurs chrétiennes dans ses notions de droit naturel, inaliénable à l'homme.

En stigmatisant systématiquement des catégories de personnes par leur origine, leur condition sociale, cela peut rappeler certains comportements sous le régime de Vichy qui a amené le désastre historique que l'on connait.

Il a fallu un grand Français dans ce qui a de plus noble, un grand républicain, pétri de culture française qui le 18 juin 1940, par un appel à Londres résista et appela à la résistance pour mettre fin, en autre, au régime oppresseur du peuple français : j'ai nommé Charles De Gaulle.

Accompagné de Jean-Sébastien Bach

Gaullistement vôtre

Claude JEANDEL