geogle statistiques

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2016

LA GAUCHE DANS DANS LE BROUILLARD?

 Ce que vient de dire M.AUBRY au journal du Monde pose un sacré problème au P.S. et plus largement sur l'ensemble de la gauche.

De quoi s'agit il? tout simplement qu'une grande partie du P.S. a tourné "casaque" à la base populaire. Ainsi on peut dire que celui ci a épousé "idéologiquement " les thèses de Tera nova, qui préconise de ne plus s'intéresser aux couches dites populaires. Ils n'ont pas eu d'efforts à faire lorsque l'on observe la sociologie du P.S. et de ses dirigeants dans leurs comportements et leurs mentalités de bons bourgeois bien assis qui préfèrent le fric et le claquant au peuple de plus en plus dans une misère morale et économique.

Quoi qu'en dise M.AUBRY une grande partie du P.S. n'aime pas le peuple. Faut il autant revenir à un archaisme marxisant teinté de Prudhon? D'abord M.AUBRY, avec le P.S. est aussi coupable que Hollande en ce sens qu'ils sont pour un fédéralisme européen qui enlève aux Nations leur souveraineté nationale. De ce fait, on en voit le résultat aujourd'hui dans lequel le personnel politique est "avachi, couché et sans âme" qui, pour montrer qu'il reste utile, ne fait que des lois liberticides qui "emmerdent le peuple" accompagnées de lois bavardes se contredisant les unes aux autres.

En fait, comme tout l'ensemble du personnel politique, le P.S. et la gauche sont impréniés de leur culture européiste qui les empeche d'avoir une vision et du sens politique. Cela surtout dans les domaines économiques et les relations intérnationales. Depuis le traité de Rome et de MAASTRICHT, la classe politique française montre non seulement son incapacité d'avoir une vision pour la France, elle s'éloigne de plus en plus de notre peuple . De ce fait la 'distanciation' ne fait que s'accentuer. L'effet est que l"homo affectus" entre celui ci et l'ensemble de nos dirigeants ne se fait plus.

De plus on observe que cela a des conséquences sur le fonctionnement de nos institutions qui se sclérosent  par un cumul des mandats et surtout le manque de renouvellement de notre personnel politique.

Tout cet ensemble ne peut que favoriser les démagogues de tous poils avec le risque de la venu d'un régime autoritaire.

Il est donc urgent de revenir à une véritable souveraineté, à un véritable esprit de la Nation et surtout rétablir l'Etat dans toute sa puissance en lui donnant les institutionnels finançiers et juridiques, ce qui suppose une recentralisation jacobine par la reprise de certaines attributions données aux collectivités locales.

GAULLISTEMENT INDIGNE                                                                CLAUDE JEANDEL